Les textes électroniques

Pierre Cubaud,
Maître de conferences, Conservatoire National des Arts et Métiers
cubaud@cnam.fr




retour

Sites de référence :

Note :

Les documents annexes de cet exposé (copies d'écrans, liens) sont accessibles à http://jasmin.cnam.fr:8081/BIBLIOFR98/

Le lecteur de ces minutes est invité à explorer de lui-même le contenu du serveur ABU. L'essentiel de mon exposé consistant précisément en une démonstration de ses fonctionnalités.



Pierre Cubaud, septembre 1998.

Je vais vous présenter l'activité de notre équipe au Centre d'Étude et de Recherche en Informatique du Conservatoire National des Arts et Métiers (CEDRIC-CNAM) en matière d'interfaces pour les bibliothèques numériques.

Nous avons eu la chance au CNAM de profiter de l'installation en 1993 du premier serveur Web français - grâce entre autres à l'initiative de Stéphane Bortzmeyer, ici présent. Très vite, plusieurs personnes ont eu envie d'expérimenter avec ce nouveau média. Je me suis personnellement occupé de la mise en place de textes en ligne, et Olivier Delarozière, de la mise en ligne du catalogue d'objets du Musée des Arts et Métiers.

Jusqu'en 1993, le texte électronique se diffusait sur Internet par l'intermédiaire de serveurs FTP. Le web a été pour nous une façon agréable de s'affranchir de cela, et au prix de quelques scripts, de passer de l'interface FTP à quelque chose de beaucoup plus convivial.

Entre autres grâce à l'intervention de Didier Gérard (ici présent lui aussi !), nous avons pu aller un peu plus loin et mettre en place des premiers scripts pour revoir l'ergonomie du poste de lecture, dans l'esprit des travaux de la Bibliothèque nationale, mais avec des moyens beaucoup plus humbles, plus simples de réalisation et de mise en oeuvre. Nous avons aussi essayé d'offrir aux utilisateurs des fonctionnalités de base de navigation en termes de recherche d'occurrences.

L'Association des Bibliophiles Universels (ABU) a été fondée en avril 1993. Elle a pour objet "le développement et la promotion des supports numériques permettant la libre manipulation de l'information, l'application de ces techniques à la diffusion des travaux de recherche des membres et d'informations du domaine public." Notre corpus de textes a été constitué au fil des ans par une cinquantaine de personnes. Environ 200 textes sont actuellement disponibles en libre accès et entièrement gratuits. Il y a eu 250 000 requêtes sur le site de l'ABU en mars, et à peu près 5 000 machines différentes s'y sont connectées. Le texte électronique est devenu une réalité, des passionnés continueront à numériser des textes, pour une utilisation savante, ludique, pédagogique, etc.

Nous travaillons actuellement au CNAM sur la numérisation en mode image. Le projet, baptisé "Conservatoire Numérique des Arts et Métiers", est mené en partenariat avec la bibliothèque du CNAM qui dispose d'un fonds scientifique ancien assez important. Le Centre d'Histoire des Sciences et des Techniques s'est associé au projet et intervient pour les choix éditoriaux. Une cinquantaine d'ouvrages du XVIIIe relatifs à l'électricité seront accessible en ligne d'ici la fin de l'année 1998. Le corps des ouvrages sera en mode image, mais les tables seront saisies en mode texte. La controverse mode texte/mode image n'a pas vraiment de sens dans la mesure où numériser en mode texte a un coût extrêmement élevé, et qu'actuellement, à part pour des textes littéraires, il est encore très difficile de traiter des textes qui contiennent des tables, des équations ou des formules.

Nous avons également commencé cette année des projets plus innovants, en particulier parce que l'on bénéficie maintenant d'une infrastructure interne relativement rapide (Ethernet 100 Mb/s et ATM), comme celle de la BnF, et qui nous permet de réfléchir à ce que pourrait devenir la prochaine génération des interfaces d'accès aux bibliothèques numériques. Avec quelques étudiants, nous étudions en particulier les fonctionnalités d'interfaces tridimensionnelles avec la technologie VRML. Par exemple, contrairement à d'autres projets qui visent à recréer le lieu bibliothèque de manière virtuelle étage par étage, salle par salle, rayon par rayon, nous voudrions créer de nouvelles métaphores tridimensionnelles en respectant ce qu'il y a de plus important pour l'utilisateur, c'est-à-dire le livre. Peut-on, de façon réaliste, du point de vue des performances, montrer les reliures des ouvrages suite à la requête d'un utilisateur qui s'intéresserait à l'électricité au XVIIIe siècle, mettre devant lui ce que le CNAM possède comme fonds en électricité XVIIIe, etc. L'utilisateur pourrait reconnaître un livre ; s'il le "prend," le livre arriverait en premier plan, puis il pourrait être ouvert et consulté. L'ensemble du projet est décrit sur http://jasmin.cnam.fr:8081/DL3D/


retour

Dernière mise à jour : 15 janvier 1999
Contact : Pierre Cubaud