Séance inaugurale

Michèle Battisti
ADBS, Association des Professionnels de l'Information et de la Documentation




retour

Hervé Le Crosnier m'a demandé de faire part de mes réactions sur le thème du développement des techniques nouvelles de l¹information dans les bibliothèques de lecture publique. Je tenais à faire remarquer auparavant que je le ferai en tenant compte des missions et des activités de l¹ADBS et de mes activités propres au sein de l¹association, c¹est-à-dire en tant que correspondant du programme INFO 2000, un programme européen qui veut promouvoir le multimédia auprès des PME, d¹une part, mais également auprès des citoyens par le biais des bibliothèques, ce qui correspond au sujet qui vient d¹être développé par Mme Chatenay-Dolto.

Les nouvelles technologies sont un atout formidable pour rééquilibrer culturellement un pays entre zones info-riches et info-pauvres, entre populations info-riches et info-pauvres.

Les nouvelles technologies permettent d¹attirer de nouveaux publics au sein des bibliothèques qui pourraient devenir ainsi des lieux importants de convergence autour des nouvelles technologies - ce qui est d¹ailleurs le thème même du prochain Congrès de l¹ABF intitulé « Bibliothécaires : acteurs du changement ». Les bibliothèques pourraient représenter des centres de formation aux nouvelles technologies selon, bien sûr, des modalités différentes pour tenir compte des contextes dans le cadre duquel chacune d¹entre elle évolue.

Il y a une demande très importante pour les produits cédéroms et internet, comme le prouvent les études sur la situation des bibliothèques publiques en France qui ont été faites pour préparer le prochain « Livre vert sur le rôle des bibliothèques dans la société de l¹information » qui doit paraître prochainement.

Le nouvelles technologies de l¹information sont des outils capitaux pour les professionnels également. A ce sujet je voulais rappeler que l¹ADBS a développé ce thème depuis de nombreuses années par le biais de ses journées d¹information, de ses sessions de formation, des articles paru dans ses périodiques, de ses ouvrages et, bien entendu, par le biais de son serveur web (http://www.adbs.fr) et de sa liste de discussion (ADBS-INFO) que la plupart d¹entre vous connaissent.

Les nouvelles technologies de l¹information ne modifient en aucune manière la mission essentielle des professionnels de l¹information qui reste toujours l¹accès au savoir. Ce qui change, c'est la nature des tâches à effectuer. Aujourd¹hui, la médiation doit se faire par rapport à la croissance exponentielle des documents numériques sans négliger pour autant les ressources traditionnelles.

Mais les nouvelles technologies de l¹information supposent aussi la suppression de différents freins :

Les nouvelles technologies supposent aussi :

Parmi ces nouveaux outils, je signalerai, pour terminer, le partage des synthèses sur différents thèmes qui est en train de se faire entre les différentes listes de discussion relatives aux sciences de l¹information.

Vous voyez ainsi que les nouvelles technologies supposent des opérations nouvelles, variées et, à mon avis, très stimulantes.


retour

Dernière mise à jour : 21 avril 1998
Contact : Michèle Battisti