L'expérience roumaine
L'utilité des listes de diffusion

Nicoleta Marinescu
Bibliothèque Centrale Universitaire Miahai Eminescu
Iasi, Roumanie
nicole@bcu-iasi.ro




retour

La bibliothèque centrale universitaire de Iasi a bénéficié d'un projet TEMPUS piloté par BIU Montpellier, ayant pou thème La Restructuration des Bibliothèques Universitaires. Ce projet a été l'occasion de connaître la bibliothèque informatisée, le travail en réseau, le travail en équipe et de vérifier nos compétences. A cette occasion, j'ai aussi connu une des facilités offerte par l'Internet : la liste de diffusion

Une fois rentrée en Roumanie, j'ai essayé de m'abonner à BIBLIO-FR par curiosité. Je connaissais une des facilités offerte par ce réseau invisible ! Le plus difficile fut l'abonnement, mais mes collègues m'y ont aidée et j'ai connu l'émotion de voir ma boite aux lettres remplie. C'était en mai 1996. J'ai ensuite recommandé à mes collègues de s'abonner, ou je leur communiquais les nouveautés.

Devant mon ordinateur, je n'étais plus seule loin de ce que je venais d'apprendre a Montpellier. La liste, avec ses sujets et ses questions restent pour nous, le moyen le plus rapide d'être au courant des problèmes de ceux qui gèrent l'information. Bien que ce soit une communication écrite, la liste a son charme et je pense qu'elle est très proche d'une communication orale. Le liste m'a permise d'être au courant des problèmes des collègues français, qui étaient parfois les mêmes que les nôtres. Petit à petit, j'ai commencé à créer des fichiers sur certains sujets et, au besoin je sais où trouver l'information.

La liste de diffusion a de nombreux avantages :

La variété des sujets abordés dans la liste offre la possibilité de s'inscrire soit a des listes ayant comme sujet le métier, soit des centres d'intérêt communs. De par cette variété, la liste reste le moyen le plus simple de former l'individu sur la société de l'information, la nouvelle civilisation proposée par l'informatisation, les nouvelles technologies et l'Internet.

La liste reste un moyen d'enrichir les compétences acquises, en vue d'une normalisation du métier.

La liste de diffusion ayant comme sujet le métier, pourrait devenir un outil de formation interactif ou à distance.

C'est le plus rapide moyen de communiquer entre l'Est et l'Ouest. C'est pour nous, pays de l'Est, le moyen de récupérer nos années d'isolement. Cela permet aussi aux personnes de l'Ouest de suivre l'évolution de la situation dans les pays de l'Est. La liste permet d'entretenir des relations avec des collègues. La variété des listes francophones doit créer l'habitude de communiquer.

La liste nous donne la possibilité de repenser notre métier, notre conception sur une bibliothèque informatisée, sur un travail coopératif.

C'est important de pouvoir chercher dans les archives, je l'ai fait souvent. C'est un moyen de maîtriser la littérature grise. On pourrait parler des listes comme faisant partie de ce genre de littérature, denses en informations importantes, mais des informations qui parfois nous échappent.

Il est temps de valoriser ensemble l'information reçue grâce à l'Internet. De plus, pour nous, ex-socialistes, ces listes restent le lien le plus important entre l'Est et l'Ouest, il est le moyen de s'informer en permanence, de pouvoir acquérir les mêmes compétences que les gens de l'Ouest, de travailler comme eux et d'avoir le même objectif : offrir les meilleurs services, le plus vite, aux utilisateurs de nos établissements.



retour

Dernière mise à jour : 15 janvier 1999
Contact : Nicoleta Marinescu