Des bibliothécaires internautes en chair et en os

Livres-Hebdo (10 avril 1998)




Pendant trois jours à Caen, 200 abonnés à la liste de diffusion Biblio-Fr ont débattu de vive voix avec autant de liberté que sur internet.

C'était leur première rencontre en chair et en os : les internautes de Biblio-Fr, la liste de diffusion francophone sur Internet, habitués à s'envoyer des messages professionnels par courrier électronique, ont pu découvrir le vrai visage de leurs interlocuteurs lors d'une grande rencontre de trois jours, du 3 au 6 avril, à Caen. C'est là qu'enseigne Hervé Le Crosnier, l'organisateur des rencontres et grand « modérateur » de ce forum pionnier des professionnels des bibliothèques et de la documentation (1).

De Belgique, Roumanie, Suisse...
Situation inédite que cette rencontre de quelque 200 professionnels d'horizons différents (bibliothécaire d'universités ou de lecture publique, enseignants, informaticiens), venus de toute la France, mais aussi de Belgique, de Roumanie, de Suisse. L'atmosphère était un peu sévère lors de la séance inaugurale où intervenait Véronique Chatenay-Dolto, directeur adjoint à la Direction du livre, mais l'on sentait déjà piaffer quelques participants dans les gradins, habitués qu'ils sont à ne pas garder la langue dans leur poche.

A la tribune, Claudine Belayche, plus militante et enflammée que jamais, a contribué à détendre l'atmosphère. La présidente de l'ABF a approuvé les mesures de soutien financier aux nouvelles technologies annoncées par la DLL tout en y mettant un bémol : « Ces mesures ne serviraient à rien si n'était pas affirmé officiellement le droit fondamental de l'accès de l'information à tous, libre et gratuit » a-t-elle martelé, en ajoutant que les conditions de consultation des documents électroniques ne devaient surtout pas créer de discrimination sociale, ce qui risquerait de redonner aux bibliothèques l'image d'élitisme qu'elles avaient hier. Pour la présidente de l'ABF dont on connaît le lobbying en faveur de la gratuité, l'Etat doit avoir un rôle régulateur devant les demandes pressantes de la production privée.

Sur la question du droit de prêt en tout cas, il faut attendre les résultats de la mission Borzeix à la fin du mois de juin, deux issues étant possibles : soit les bibliothèques sont reconnues comme des lieux d'exception et exonérées de tout paiement, soit est mis en place un système de franchise avec des modalités d'application s'inspirant de celles d'autres pays d'Europe. Suspense!

80 000 listes de diffusion.
Bien d’autres sujets d'importance ont été abordés pendant ces trois jours, de la question des revues scientifiques électroniques et de la nécessité pour les bibliothèques de négocier ensemble avec les éditeurs et non au coup par coup, à la numérisation du patrimoine, en passant par le droit d’auteur à l'heure des documents numériques.

Françoise Danset, directrice de la BDP du Val-d'Oise, a mis l'accent sur le risque que représentait la proposition de directive du Parlement européen sur l'harmonisation de certains aspects du droit d'auteur dans la société d'information (voir texte et débat sur le site <http://www.abf. asso.fr/html/directiv.htm>).

On a débattu aussi de l'utilité des listes de diffusion et autres forums sur Internet. Sur le sujet, les échanges sont allés bon train, certains participants étant sur le point de créer à leur tour des listes de diffusion sur des sujets plus spécialisés comme la médecine, l'agronomie, le prêt interbibliothèque.

Serge Aumont, ingénieur réseau du CRU (Comité Réseau des universités) qui héberge gratuitement plusieurs listes, dont Biblio-Fr, a rappelé que les 500 listes de diffusion francophones existant aujourd'hui dont les plus importantes comptent 10 000 abonnés étaient loin de celles qui existaient sur Internet dans le monde : plus de 80 000, certaines comptant plus de 200 000 abonnés. Mais étant donné la rapidité avec laquelle de nouvelles listes se créent (2 à 3 nouvelles chaque jour) et le nombre de messages envoyés (1,5 million par mois pour le service de listes du CRU), il a exhorté les participants à solliciter l'hébergement des nouvelles listes auprès des mairies ou universités.

Laurence Santantonios

(1) Voir LH 265 du 17.10.97., p. 64.
Voir aussi le détail du colloque et des interventions sur le site http://www.info.unicaen.fr/bnum/biblio-fr/index.html




retour

Dernière mise à jour : 15 avril 1998